La surjeteuse Lidl Overlock Elément ol 1450 by Pfaff

by Merveilles et Coquillettes

Je vous en avais parlé en début d’année, le père noël m’a offert la surjeteuse de Lidl !
Après quelques cousettes avec, je vous fais un premier retour !

La surjeteuse Lidl Overlock Elément by Pfaff

Vendu à 159€ avec un jeu d’aiguilles et une pincette, la surjeteuse Lidl est fournie clé en main ! Il est possible de commencer à surjeter dès l’ouverture du carton ! Il suffit d’installer les 4 bobines, faire un petit nœud et hop !

Avec un prix bien inférieur aux autres entrées de gamme disponibles sur le marché, et comme pour les machines à coudre Lidl, cette surjeteuse est vite prise d’assaut. Elle n’est pas en vente toute l’année mais seulement lors d’opération spéciale et à ce prix là, il y a de la demande.

Si vous en voulez une, un conseil : suivez les pubs Lidl et allez-y dès l’ouverture le jour de la mise en vente ! (Bien qu’apparemment, il semblerai que l’on puisse parfois en avoir en dehors de ces périodes en contactant directement LIDL).

Plutôt bien pensée, il est possible d’activer ou désactiver le cutter, modifier l’espace de travail en laissant la rallonge plate ou en l’ôtant pour une couture plus libre. Seul bémol : il n’y a pas de bac de récupération et en coupant, il y a vite des bouts de tissu partout (Mais ça peut-être l’occasion de se lancer dans un nouveau projet couture : la poubelle à surjeteuse !).

Cette surjeteuse est conçue pour faire 12 points. Ils sont détaillés dans la notice de pose avec des indications sur l’usage, les tissus et aiguilles adaptées mais également la tension, la position des aiguilles, la longueur du point. Bref, une vraie source d’informations pour les débutants.

On peut également regarder la playlist de Pfaff qui détaille sur sa chaine youtube les 12 points de la Pfaff Element 1450 ol.

Mon avis sur la surjeteuse Lidl Overlock Elément by Pfaff

Il s’agit de ma première surjeteuse. Lorsque j’ai commencé la couture, j’utilisais la machine à coudre de ma maman. Pour ma première machine rien qu’ à moi, j’ai opté, il y a presque deux ans, pour la brother FS-40. Elle répond parfaitement à mes besoins du quotidien et m’accompagne dans le lancement de ma boutique ! Elle me permet de faire des coutures simples, des coutures plus travaillées pour des jolies finitions un peu brodées. Mais je commençais à la trouver limitée pour tout ce qui est vestimentaire !
Avec l’arrivée de B., j’ai envie de lui coudre des petites choses rapidement. J’ai aussi envie de faire enfin tous les projets que j’avais mis de côté pour moi pendant la grossesse. Mais je trouve le point zig-zag à la machine interminable ! Ca prend un temps fou pour un rendu par forcément extraordinaire…
A l’approche de la dernière vente Lidl, j’ai encore vu de nombreuses personnes parler de la surjeteuse et je suis tombée sur un article de « Nom d’une couture » qui a fini par me convaincre !
J’ai validé le cadeau de noël auprès de Monsieur, chargé maman d’être à l’ouverture du Lidl le jour de la vente, et hop, à moi la super surjeteuse !
Depuis, j’ai testé 3 projets : 2 sarouels et la blouse la Blonde.
Mais commençons par le début…

L’enfilage de la surjeteuse…

C’était un peu ma hantise ! Pendant mes recherches, c’était presque le seul retour que j’avais : enfiler une surjeteuse, c’est la croix et la bannière ! Du coup, j’ai ouvert le carton, installé la surjeteuse, et attendu d’avoir vraiment du temps pour commencer à m’en servir !
La surjeteuse Lidl est vendu déjà enfilée. Mais, comme je suis un peu audacieuse, j’ai enlevé les fils avant de voir qu’ils conseillaient de faire des nœuds et de surjeter pour changer de fils ! Cette manip évite donc de (re)faire tout l’enfilage !
Mais moi, j’avais été trop vite et j’ai donc du tout refaire !! Je me suis aidée de la notice de la surjeteuse et des dessins qui sont sur la machine et franchement, en faisant les choses tranquillement, et en étant attentif, c’est plutôt simple ! J’y suis arrivée du premier coup et je n’ai même pas eu à revoir les réglages !

Petit conseil, pensez à lire la notice avant de vous lancer !

Utiliser la surjeteuse

Il ne me restait plus qu’à me lancer… Pour commencer, j’ai opté pour un petit projet et un tissu sans trop de valeur : un sarouel pour B. cousu dans le tissu d’un vieux pantalon à ma maman. J’ai bien fait car autant le point de surjet était niquel, autant je ne maîtrise pas encore totalement l’entrainement et la découpe automatique ! En fait, ce que je trouve le plus compliqué c’est de doser la vitesse du point (j’ai tendance à appuyer trop sur la pédale et ça va un peu vite !). Du coup, quand le couteau automatique est activé, un accident de couture est vite arrivé ! J’ai eu une découpe un peu hasardeuse au niveau de l’entrejambe. Entre la vitesse de surjet et ma difficulté à savoir quand tourner (Le couteau est avant l’aiguille donc il faut commencer à tourner avant pour ne pas couper le tissu que l’on veut coudre !), j’ai eu quelques ratés !
Mais finalement, j’ai désactivé le couteau et j’ai repris la zone de l’entrejambe ! Ce n’est pas parfait mais une fois retourné ça ne se voit pas !

Pour les projets suivants, j’ai opté pour une couture sans couteau ! J’ai préféré bien prendre mes marques et trouver une vitesse de croisière avec la pédale avant de réactiver le couteau !! Je l’ai remis pour ma Sister Mini dont je vous parlerai la semaine prochaine et finalement il m’a été super utile !! J’ai dû la reprendre car elle était un peu grande et c’était parfait ! J’ai coupé le surplus au fur et à mesure et la finition est superbe ! Et pour coudre le jersey, c’est un vrai régal !
Mon autre difficulté, c’est le positionnement de la couture. J’ai encore du mal à trouver mes repères pour avoir une marge de couture régulière. Sur mon deuxième sarouel et sur ma blouse « La blonde », j’ai du reprendre certaines coutures car j’avais piqué un peu trop près du bord et ce n’était pas niquel !

Excepté ces détails, je n’ai rencontré aucun problème pour utiliser ma surjeteuse ! Et finalement mes soucis sont plus liés à une question d’habitude et d’entrainement qu’à une difficulté à se servir de la machine !! Bref, c’est pour moi un excellent investissement pour débuter : un bon rapport qualité / prix et une prise en main facile !
Du coup, je continue sur ma lancée et mon défi de coudre ma garde robe et je vous parle la semaine prochaine de ma Jupe Sister Mini de Vanessa Pouzet que j’ai fait en grande partie à la surjeteuse !

Et vous, vous avez une surjeteuse ? Des conseils à me donner ? Vous avez rencontré des difficultés ?

Vous pourriez aussi aimer...

2 comments

Ml 4 mai 2019 - 13 h 27 min

Bonjour,
Cette machine m’a été offerte il y a 2 mois. Je peux dire que l’enfilade est simple, il faut prendre son temps, puis tout devient plus facile et rapide grâce à la pratique. Toujours penser que le fil du boucleur inférieur passe par-dessus le fil du boucleur supérieur, que l’on enfile en premier, et il n’y aura pas de casse. Toujours utiliser du fil de même grosseur pour les 4 bobines. Faire des essais d’échantillon avec même tissu et même épaisseur que le projet. Noter les réglages quand cela convient et ensuite tout va bien. Après chaque projet nettoyer la surjeteuse, une page dans le mode d’emploi expliqué clairement comment faire.
Pour l’instant, j’en suis très contente.

Reply
Merveilles et Coquillettes 4 mai 2019 - 15 h 02 min

Merci pour ce complètement d’information très intéressant !
J’en suis moi aussi super ravie ! Je viens encore de commencer un projet. J’ai changé toutes mes bobines en un clin d’oeil. C’est Un tissu différent mais les réglages sont niquels ! Un vrai bonheur !

Reply

Leave a Comment

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de ce site internet.