Voyages

Les « Escape Game » à Bordeaux

Vous avez déjà certainement entendu parler de ce concept qui commence à devenir de plus en plus populaire : L’Escape Game. Monsieur et moi sommes assez fan et en avons déjà testé plusieurs à Bordeaux et alentours. Je vous dresse un petit bilan pour vous aider à faire votre choix !

Escape Game, Késaco ???

En résumé, vous êtes enfermé dans une salle et vous avez une heure pour trouver comment en sortir ! Enigmes à décoder, cadenas à ouvrir, objets à assembler, tout peut servir, l’essentiel c’est de trouver dans quel ordre et comment les utiliser ! Selon les endroits, la thématique de la salle change mais l’idée reste toujours la même : il n’y a qu’un moyen de sortir et pour ça, il faut se creuser les méninges !

 

Les Escape Game à Bordeaux

Le concept est donc le même à chaque fois, mais finalement, tous n’ont pas le même fonctionnement. Nous en avons testés 3 Bordeaux et 1 à Andernos, et tous sont très différents. Voici notre classement :

Échappe-toi Bordeaux

Notre préféré ! La salle « Le bar des Quais » d’Echappe-toi Bordeaux, est l’avant dernier dernier Escape Game qu’on a fait et c’était une sacrée expérience ! Déjà c’est la première fois que l’on ne sort pas et en plus on a la frustration d’être arrivés presque au bout (On avait trouvé la logique pour sortir mais on est resté bornés sur notre première idée) !
Bref, on n’est par sorti, mais on a adoré ! Déjà parce que l’intrigue est bien ficelée mais surtout parce que la présence d’un comédien vient pimenter le jeu. Sans parler du décors qui nous mets dans l’ambiance avant même d’être rentrés dans la salle et du challenge (non relevé pour nous 🙁 ) d’arriver à sortir alors que le taux de sortie est très bas !

Et comme on est un peu mauvais perdant, on y est revenu une semaine plus tard pour tester une autre intrigue « Le château Trompette » et cette fois ci, on est sorti !

Alors pourquoi choisir celui là ?

  • Des décors soignés et des intrigues bien ficelées et bien menées grâce à la présence d’un comédien par salle.
  • Possibilité d’être jusqu’à 6 personnes dans la salle (généralement le maximum est à 5)
  • La possibilité d’avoir 25% de réduction si vous achetez à la fin de votre partie une entrée pour la prochaine (Valable plus d’un an !)
  • 5 thèmes différents à venir tester

Casse-tête Bordelais

Notre deuxième coup de cœur ! Ici l’ambiance est plus intimiste, il n’y a que deux salles mais elles sont sacrément bien pensées ! On a testé « In vino Veritas » il y plus d’un an et on y est revenu il y a quelques mois pour tester « La Loi de la Jungle ». A chaque fois nous sommes sortis, mais nous avons été bluffés par la qualité des énigmes et des codes à déchiffrer : variés, imaginatifs et parfois assez difficiles. Nous avions peur du « déjà vu » quand nous avons fait la deuxième salle, mais ça n’est pas du tout le cas, bien au contraire. A chaque fois, on retrouve un lien avec la thématique de la salle et les contenus sont très différents.

Pourquoi choisir celui là ?

  • La qualités des décors également ! Tout est pensé par les propriétaires du casse-tête et à chaque fois, on plonge vraiment dans l’univers !
  • Le côté intimiste ! On se sent privilégié, cocooné quand on arrive !
  • Le renouvellement des salles régulièrement (tous les 6 mois environ une nouvelle pièce à découvrir !)

Escape Hunt

L’endroit où aller entre amis quand on un esprit de compétition ! On a un peu mois aimé celui là car il fait moins unique, on sent que c’est une chaine installée dans plusieurs villes. Mais les intrigues sont quand même sympa et surtout, quand on est un groupe de 10 personnes, on a la possibilité de faire tous la même intrigue mais dans deux salles différentes ! Et là, en plus d’avoir envie de sortir, on a envie de sortir avant l’autre groupe ! Surtout que le premier qui sort peut appeler l’autre pour le narguer…

Les plus de cet escape Game ?

  • Un grand nombre de salle et donc la possibilité de jouer à deux équipes en compétition sur le même thème.
  • 3 Thèmes différents

Enigma Game

Situé à Andernos, sur le bassin d’Arcachon, il a la particularité d’être installé dans une ancienne salle de paintball. On est donc vite déstabilisé par la forme de la salle, par l’obscurité et des éléments par forcément utiles à l’enquête !

Pourquoi aller là-bas ?

  • Pour son installation originale : en plus de réfléchir, il va falloir ramper et s’organiser pour passer les informations !
  • Parce que jouer dans le noir, l’air de rien, ça complique les choses !

Vous savez tout maintenant sur les escape game que nous avons testé et vous avez toutes les clés en main pour aller vous aussi en tester un !

A vous de choisir et n’hésitez pas à partager en commentaires vos impressions !

Enregistrer

Enregistrer

DiY

Tuto Couture : attache sucette

L’attache sucette c’est l’accessoire facile et rapide à faire, idéal pour faire un petit cadeau homemade, qui fait toujours plaisir aux parents de jeunes enfants ! Finis les sucettes perdues, les pleurs à n’en plus finir : la sucette est toujours accrochée à bébé !

Si vous débutez dans la couture, ce tuto est fait pour vous : il n’y a rien de plus simple à faire et vous aurez le bonheur de réaliser une première œuvre utile et belle ! Si vous êtes une experte, en quelques minutes, vous pourrez réaliser cet attache sucette et faire le bonheur d’un enfant (et de ses parents 😉 )

Tuto attache tetine de Merveilles et coquillettes

Matériel nécessaire à la réalisation d’un attache sucette

  • 2 morceaux de tissus de 30x4cm (différents ou pas, ça dépend de votre envie ! L’avantage c’est que c’est des petits morceaux, vous pouvez peut être réutiliser une chute d’une autre œuvre !)
  • 1 pince KAM et 2 jeux de pression (Il existe des lots où vous avez la pince et des petits paquets de pression de toutes les couleurs. J’ai acheté la mienne sur Ebay)
  • 1 clip à pincer (Idem, il est possible d’en acheter par lot, ce qui est souvent plus rentable et vous permettra d’en offrir à toutes vos amies ! J’ai aussi acheté les miens sur Ebay. J’ai opté pour un modèle passe partout, rond, couleur argent, mais il existe plusieurs formes et couleurs ! A vous de choisir !)
  • Du fil assorti au tissu
  • Une machine à coudre
  • Une aiguille
  • Un ciseau cranteur

Tuto de l’attache sucette

Prendre les deux morceaux de tissu et les placer endroit contre endroit.

Coudre tout le tour à 0,5 cm du bord en laissant un petit espace pour ensuite retourner l’ouvrage. Couper les angles, à l’extérieur de la couture, en diagonale, à l’aide d’un ciseau cranteur.

Retourner le tissu en veillant bien à ce que les angles soient bien formés et coudre l’espace laissé précédemment à la main.

Positionnez une pression en haut du tissu, tête plate sur le côté qui sera visible, à 1 cm du bord. Positionner l’autre partie de la pression de la même manière en adaptant la hauteur à la longueur que vous souhaitez obtenir une fois la pression fermée. Pour ma part, elle est à 4 cm de la première pression.

Répétez l’opération de l’autre côté.

Sur un côté, accrochez le clip en le glissant sur le tissu et en refermant les pressions.

Si  vous le souhaitez, vous pouvez aussi ne pas mettre de pression sur le côté prévu pour le clip, et coudre le tissu une fois le clip installé. Je préfère l’option des pressions, cela permet de changer le clip au gré des envies, d’adapter les formes et les couleurs à la tenue de l’enfant. Mais l’option couture est certainement plus solide sur le long terme ! A vous de voir selon les besoins.

De l’autre côté, il ne vous reste qu’à accrocher la sucette en la glissant sur le tissu et en refermant les pressions !
Et voila, votre attache sucette est prêt !

Vous avez réalisé votre attache sucette ? Partagez votre réalisation en commentaire !

Et si cette création vous plait, mais que vous n’avez pas envie de la réaliser, vous pouvez vous l’offrir en vous rendant sur ma boutique A little market 😉

Enregistrer

Enregistrer

Cuisine

Madeleines salées lardons & tomates séchées

Les fêtes de fin d’année viennent de se terminer, on a beaucoup mangé certes, mais c’était aussi l’occasion de découvrir de nouvelles recettes et de faire goûter les siennes ! Pour le soir de Noël, en entrée, il était prévu une assiette « apéritif dinatoire » en entrée. Toute la famille y a mis du sien et avait préparé un petit quelque chose ! De mon côté, je leur ai fait découvrir mes madeleines salées aux lardons et aux tomates séchées : facile à préparer, elles sont délicieuses et j’ai toujours les ingrédients dans mon placard !

Les ingrédients pour 16 madeleines environ :

  • 100 grammes de lardons
  • 50 grammes de tomates séchées
  • 140 grammes de farine
  • 1 sachet de levure
  • 60 grammes de vache qui rit
  • 40 grammes de beurre
  • 2 oeufs
  • 4 cuillères à soupe de lait
  • Herbes aromatiques : herbes de provence (Optionnel. A adapter selon vos goûts et envies)
  • Assaisonnement : piment d’espelette (Je ne sale pas quand j’utilise des ingrédients déjà bien salés comme les lardons, et je remplace souvent le poivre par du piment. A vous de voir selon vos goûts !)

Préparation : 10 minutes
Temps de cuisson : 10 minutes

La recette pas à pas

1- Préchauffer le four à 200°C.

2- Faire dorer les lardons dans une poêle antiadhésive.

3- Ajouter la vache qui rit dans la poêle et l’écraser pour qu’elle s’imbibe des sucs des lardons et fonde.

4- Couper le feu. Couper les tomates séchées en petits morceaux et les ajouter dans la poêle et bien mélanger.

5- Faire fondre le beurre dans une petite coupelle. Dans un saladier, placer la farine. Creuser un trou au centre, et y ajouter le beurre, les oeufs, les herbes et l’assaisonnement, puis bien mélanger.

6-  Ajouter les lardons, la vache qui rit et les tomates dans le saladier. Bien mélanger.

7- Si besoin, huiler le moule à madeleines, puis à l’aide d’une cuillère à soupe, garnir le moule.

8- Enfourner 10 minutes à 200°C.

Et voila, c’est prêt, il ne reste plus qu’à les déguster ! Bon appétit !

Et pour avoir la recette toujours sous la main, vous pouvez l’imprimer en cliquant ici :

Picto télécharger la recette - source : freepik

Et vous,c ‘était quoi votre recette des fêtes ?

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Non classé

Ma bonne résolution : le respect des règles

Une nouvelle année vient de commencer… Comme chaque année, on liste dans un carnet, dans notre tête, à nos proches… ces bonnes résolutions qui vont rythmer notre vie. Et bien souvent, on ne les tiens pas, on s’arrête au bout de quelques mois, voire on ne les commence jamais !

 

De mon côté, je ne suis pas très résolution de fin d’année : sur le moment, j’ai envie d’en prendre et finalement c’est plus au fil du temps que je me fixe des objectifs ! Mais cette année, je commence un Bullet Journal (article à venir !) et j’ai décidé de réellement lister mes bonnes résolutions et d’essayer de les tenir !

Elles sont assez personnelles et je n’en parlerai pas forcément ici (ou alors quand elles seront réalisées !), mais l’une d’entre elles me tient à cœur et ça serait merveilleux si tout le monde décidait d’en faire de même : le respect des règles !

Ma résolution : le respect des règles

Et oui, en lisant ça, on se dit « Ben moi, je les respecte les règles ! » mais en réalité le faîtes vous vraiment ?

Qui n’a jamais traversé la route à un feu rouge parce qu’il n’y a pas de voiture ou qu’elles sont loin ? Qui n’a jamais remonté une rue en sens interdit en vélo car c’est plus court par là ? Qui ne s’est jamais garé sur un trottoir car il n’avait « que » pour 5 minutes… De petites incivilités en apparence anodines mais qui ont des conséquences sur la sécurité, sur le confort des autres… Et tout ça pour quoi ? Gagner 5 minutes ? Marcher moins ? Est-ce que le risque pris en vaut vraiment la peine ?

J’ai déjà commencé à mettre en place cette résolution en fin d’année dernière et je me rend compte que finalement, respecter les règles, ça parait étrange ! J’habite une grande ville, et lorsque je m’arrête à un feu piéton qui est au rouge, c’est souvent que les autres piétons marquent un temps d’arrêt et me regardent avec un air surpris ! Parfois, ça les interpellent et alors qu’ils étaient prêts à traverser, ils décident de s’arrêter et d’attendre, mais souvent, ils continuent leur route en me prenant pour une folle !

Je ne parle pas du nombres de personnes qui se garent sur un trottoir pour des raisons variées et qui quand on les croise, montent dans leur voiture, dignes, sans même se soucier des piétons, des personnes handicapés ou des poussettes qui ont du passer sur la route car le trottoir, zone qui pourtant leur est réservé, est occupé par un véhicule mal garé !

Nous sommes tous devenus un peu égoïstes et c’est pour ça que cette année, c’est décidé, je respecte toutes ses petites règles de civilité ! Je ne cède pas à la tentation et à la facilité et quand j’y réfléchis, j’ai tout à y gagner :

  • Pas de sens interdit en vélo : je fais quelques kilomètres de plus, ça me fait faire du sport
  • Je traverse aux passages piétons quand c’est vert : je prend le temps de flâner et de regarder les paysages
  • Je me gare dans des zones prévues à cet effet : si c’est un peu éloigné de chez moi, ça me fait faire un peu d’excercice

Et vous, c’est quoi vos résolutions pour cette année 2017 ?

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

DiY

Tuto couture : poubelle de voiture

Pour noël, j’avais décidé de faire quelques petits cadeaux « homemade » en plus des cadeaux traditionnels. Pour maman un cadeau personnalisé qu’elle demandait depuis quelques temps déjà : une jolie poubelle de voiture ! L’accessoire déco qui cache tous les mouchoirs, emballages de bonbons, et papiers divers qu’on a l’habitude de jeter par terre et qu’il faut ensuite ramasser si on veut garder une voiture propre !

Pour la débutante que je suis, ça me paraissait assez compliqué et j’ai mis un temps fou à me lancer (c’était prévu pour la fête des mères…) mais finalement, c’est plutôt simple et rapide à faire !

Allez, je vous explique tout…

Matériel nécessaire pour la confection d’une poubelle de voiture

  • 1 morceau de tissu de 56 cm x 30 cm pour la partie extérieure (Ici le tissu bleu avec des étoiles dorées)
  • 1 morceau de tissu de 56 cm x 30 cm pour la doublure(Ici le tissu bleu uni)
  • 1 morceau de 28 cm x 7 cm pour la anse (ici il est assorti à la partie extérieure)
  • 1 morceau de feutrine épaisse de 50 cm x 25 cm
  • Du fil assortis (une canette et un rouleau)
  • 1 passepoil assorti de 60 cm
  • Une machine à coudre
  • Pied de biche à glissière
  • Ciseau ou ciseau cranté (Si vous avez un ciseau cranté, faites toutes les découpes de tissu avec. Cela évite que le tissu s’effiloche !)
  • Optionnel : épingles, faufil, fer à repasser

DIY couture tu to poubelle de voiture : matériel nécessaire

Tuto de la poubelle de voiture :

Tuto du sac et sa doublure

Prenez le tissu extérieur et pliez-le en deux, faces visibles face à face. Vous obtenez un morceau de 28 cm x 40 cm.
Cousez sur toute la hauteur les 40 cm à 1 cm du bord puis faîtes la même chose avec la doublure.

Prenez le tissu cousu et repliez-le pour que la couture soit placée bien au centre (A environ 13 cm du bord).
Cousez la partie basse à 1 cm du bord puis renouvelez l’opération avec la doublure.


Ouvrez le sac et rabattez les côté comme sur la photo ci-dessous :

Tracez un repère à 4 cm du bord sur les deux pointes, puis cousez sur les repères. Opération à répéter sur la doublure.

Vos deux pièces sont prêtes, il est temps de les assembler !

Faites un ourlet de 1 cm en haut de chaque morceau. Inutile de le coudre, il suffit de bien le marquer (en passant un coup de fer à repasser dessus par exemple ou en le faufilant).

Prenez le passepoil, fixez-le à l’aide d’épingles autour d’une des pièces. Ne coupez pas directement le morceau qui dépasse. Il est conseillé de faire un repère à l’endroit où les deux extrémités se croisent et de couper 1 ou 2 cm plus loin, puis d’ouvrir le passepoil et couper le fil intérieur qui dépasse. Cela permet ensuite de pouvoir emboiter les deux morceaux et d’avoir un croisement plutôt qu’une coupure nette.

Une fois le passepoil à la bonne taille, formez le sac à l’envers (la doublure vers l’extérieur et le motif imprimé vers l’intérieur) et fixez les pièces avec le passepoil à l’aide d’épingles. Pour un meilleurs maintien, vous pouvez en plus le faufiler (conseillé si votre passepoil est un peu épais comme le mien).

Sur la machine à coudre, remplacez le pied de biche traditionnel par un pied de biche pour fermeture à glissière. Cousez le plus près du bord possible en veillant bien à prendre les deux tissus.

Votre sac est prêt. Il reste maintenant à préparer le support pour le rendre plus rigide et la anse.

Tuto du support rigidifiant

Prenez la feutrine, placez-là dans le sac et marquez la zone de la couture. Pliez la feutrine en deux et cousez le côté sur le repère tracé. Coupez le surplus de tissu à l’aide d’un ciseau cranté.  

Retournez la feutrine pour placer la découpe vers l’intérieur puis placez la feutrine dans le sac.

Vous pouvez maintenant placer un petit sac plastique autour de la feutrine.

Tuto de la anse

Prenez le petit tissu prévu pour la anse et pliez le en deux, côté imprimé face à face à l’intérieur.

Cousez le sur toute la hauteur.

Retournez le tissus et cousez les embouts en formant une flèche pour un côté plus esthétique.

Pliez le tissu en deux, les deux pointes de la flèche l’une sur l’autre, puis cousez la anse sur le sac

Et voila, votre poubelle de voiture est terminée ! Il ne reste plus qu’à l’accrocher à votre levier de vitesse et fini tous les déchets qui trainent !

Vous avez suivi le tuto et réalisé un beau sac ? Vous avez des questions concernant le tuto ?
N’hésitez pas à partager vos impressions en commentaires !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cuisine

Samoussas Chèvre, lardons et miel

J’adore les samoussas mais j’ai toujours eu l’impression que c’était compliqué à faire et Monsieur a décidé qu’il en avait marre d’être de corvée pliage à chaque fois que j’en avait envie ! Etant donné que celle vendues toutes prêtes ne me conviennent pas, j’ai décidé de m’y mettre. Et finalement… il y a rien de plus simple à faire !

Samossas ou Samoussas ?

Mais avant de vous livrer ma super recette des samoussas chèvre, lardons et miel, avec la technique de pliage qui va avec, petit point orthographe !

En réalité, il n’y a pas de meilleure orthographe. Dans les deux cas, il s’agit d’une feuille de brick pliée en triangle autour d’une farce ! La seule différence vient de la langue et du pays de provenance ! Il y a d’ailleurs plusieurs autres orthographes dont shingada, chamuça, samosa… Bref chacun son choix et sa composition !

Samoussas Chèvre, lardons et miel

Les ingrédients pour 12 samoussas :

  • 6 feuilles de brick rondes
  • 200 grammes de chèvre frais
  • 150 grammes de lardons
  • 2 cuillères à soupe de miel

Préparation : 10 minutes (allez, soyons honnête, 20 minutes la première fois, mais après ça va vite !)

Temps de cuisson : 10 minutes

La recette pas à pas

1- Écraser le chèvre frais dans un saladier


2- Faire revenir les lardons à la poêle puis les ajouter dans le saladier

3- Ajouter les deux cuillères à soupe de miel

4- Mélanger le tout

La farce est prête, on arrive maintenant à l’étape du pliage, celle qui fait peur et qui en réalité est vraiment facile !

1- Couper la feuille de brick en deux parts égales (1 feuille ronde = 2 samoussas), en réserver une pour la prochaine samoussas et placer l’autre devant soit.

2- Plier le morceau en deux.

3- Placer la partie coupée vers en bas et appliquer une cuillère de farce à droite de la feuille de brick en laissant un peu d’espace en bout.

4- Rabattre le bout en triangle en veillant à ce que la farce ne déborde pas trop.

5- Pousser la farce à l’intérieur et replier en triangle.

6- Continuer en pliant en triangle jusqu’au bout.

7- Terminer en collant le bout à l’aide d’un pinceau et d’un peu d’eau pour qu’ils ne s’ouvrent pas ! Préparer toutes les samoussas en suivant les mêmes étapes.

8- Préchauffer le four puis enfourner à 200°C pendant 10 minutes !

 

Et voila, le tour est joué ! Pour mon premier essai, j’étais plutôt satisfaite ! Et la bonne nouvelle, c’est que j’en ai refait et j’ai été encore plus rapide ! D’ailleurs, pour varier les plaisirs, la deuxième tentative était au jambon de Bayonne, ricotta, champignon et c’était un délice aussi !

Alors, laissez-vous tentez et partager en commentaire votre expérience et vos bonnes recettes 😉 commentaires-fleches

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Bonnes adresses

Baud et Millet : Le RDV des amateurs de fromage

Le fromage est l’un de nos péchés mignons à Monsieur et moi ! On en a toujours dans notre frigo et on l’aime sous toutes ses formes ! Inutile donc de vous dire qu’une adresse comme Baud et Millet fait partie de nos coups de cœur à Bordeaux !

Baud et Millet, un restaurant spécialisé dans le fromage à Bordeaux

Baud et Millet, c’est un restaurant spécialisé dans le fromage et le vin depuis 1986 (C’est pas un signe ça ? Pile poil mon année de naissance !). Installé à 2 minutes à pieds des allées de Tourny, il propose une belle carte de vin, d’entrées et plats à base de fromages, mais surtout, la caverne ! Depuis le temps, c’est une adresse assez connue chez les amateurs, il est donc conseillé de réserver car c’est souvent complet.

La déco à l’étage est assez rustique avec des gardes manger et des outils artisanaux anciens suspendus. Dans la cage d’escalier qui mène à la caverne et au sous sol, on voyage dans le temps avec une collection de boîte de « vache qui rit » au fil des années. Au sous sol, on plonge dans l’univers des vieilles caves bordelaises à l’esprit un peu romantique.

Le concept

La carte des vins

Le concept est assez différents des restaurants traditionnels mais j’aime beaucoup ! A trois endroits du restaurants on trouve des corners dédiés où des caisses de vins s’empilent : les rouges de Bordeaux, les rouges, et les blancs ! Ici, pas de carte, on se lève, on observe, on manipule les bouteilles et on fait son choix en fonction de la couleur du vin, de son étiquette, de son prix, du conseil demandé au serveur ou de tout autre chose qui a attiré notre attention !

La carte de plats

Comme je l’ai indiqué, chez Baud et Millet, le maitre mot, c’est le fromage ! Et donc, ça se ressent sur la carte ! Toutes les entrées (sauf l’assiette de charcuterie) et les plats sont à base de fromage. On retrouve les traditionnelles fondues (dont la fondue au Mont d’or d’octobre à mars, mais aussi d’autres recettes plus originales comme le quasi de veau à la tomme de vache et de chèvre ou la poire au St Nectaire et Foie gras frais ! Bref difficile de faire son choix, mais à l’arrivée tout est bon (et on est bien placés pour le savoir car on a déjà testé plusieurs de leurs recettes !

Assiette de charcuterie Chez Baud et Millet - Merveilles et coquillettes

Assiette de charcuterie

Poire au St Nectaire et Foie gras frais Chez Baud et Millet - Merveilles et coquillettes

Poire au St Nectaire et Foie gras frais

Camembert au lait cru au magret fumé du Sud Ouest flambé Chez Baud et Millet - Merveilles et coquillettes

Camembert au lait cru au magret fumé du Sud-Ouest flambé

Et en ce moment, la recette à ne pas manquer : la potiflette ! Une tartiflette à base de cèpes, oignons, potiron et reblochon ! Je me suis laissée tenter et franchement, je ne l’ai pas regretté ! Elle est copieuse et surtout, c’est pas saveur cèpes, c’est de vrais cèpes !

Potiflette Chez Baud et Millet - Merveilles et coquillettes Potiflette Chez Baud et Millet - Merveilles et coquillettes

Potiflette

La caverne

La caverne, j’en parle depuis de début de l’article, mais c’est quoi exactement ? Tout simplement le paradis des amateurs de fromage. Pour 32€, vous avez accès à toute la sélection de fromage, à volonté ! Vous descendez à la cave, vous entrez dans la caverne, et vous vous laissez tenter ! Un petit morceau de chèvre, une part de cantal, tiens si je goutais le stilton, oh, je vais prendre un peu de trappe d’Echourgnac… Et puis, une fois que vous avez fini votre assiette, s’il vous reste un peu de place, vous pouvez encore redescendre pour prendre du roquefort, du brie, du comté… Le tout est accompagné d’une petite salade verte et de beurre d’Echiré ! Un vrai régal ! Sur le papier, on se dit qu’on va tout goûter et qu’on aura encore faim après. En réalité, généralement à la fin de la première assiette, on est déjà bien rassasié !

Caverne de Chez Baud et Millet - Merveilles et coquillettes Caverne de Chez Baud et Millet - Merveilles et coquillettes Assiette de fromage de la caverne de Chez Baud et Millet - Merveilles et coquillettes

Baud et Millet : un lieu convivial

Bon je pense que maintenant, vous êtes convaincu et que vous avez l’eau à la bouche ! Mais ça ne fait pas tout ! Et là, cerise sur le gâteau, le service est chouette ! Les serveurs sont souriants, ont toujours un petit mot pour rire, sont réactifs et de bons conseils ! Bref, on s’y sent bien !

Et depuis peu, ils ont lancé un nouveau concept dans le restaurant : les afterworks ! Toutes les informations sont données sur Facebook, il suffit de s’inscrire ! Le tarif est abordable (10€ / personnes) et le programme à l’air chouette !

Nous on s’est laissé tenter ! A peine une semaine après y avoir dîné, on y est revenu pour l’afterwork fondue. Au programme, 2 verres de vin et 3 fondues à déguster :

  • Fondue des alpes au vin jaune
  • Fondue au brebis des Pyrénées et piment d’Espelette
  • Fondue auvergnate au Cantal

baud-et-millet-afterwork-fondue

C’est copieux, c’est bon, c’est convivial, et pour le prix, il n’y a pas à hésiter, il ne reste plus qu’à se laisser tenter ! RDV sur leur site Internet ou leur page Facebook pour connaître les prochaines dates !

Baud et Millet : Infos utiles

19 Rue Huguerie
33000 Bordeaux

Tél. : 05 56 79 05 77 (Comme je l’ai dis, il est conseillé de réserver !)

Site web : http://baudetmillet.com

 

Vous l’avez testé ? Vous en avez pensé quoi ?commentaires-fleches

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

DiY

Tuto couture : la bouillotte sèche

L’hiver s’est bien installé, et on apprécie se lover au chaud avec un bon thé ! J’avoue que de mon côté, j’aime bien en plus avoir ma bouillotte sèche de l’hiver homemade !

En tissu et rembourrée avec des noyaux de cerise, je la passe au micro-onde 2 minute et je profite de sa chaleur pendant un petit moment ! Elle est parfaite aussi pour apaiser des petites douleurs de ventre : le contact du chaud fait un bien fou ! Bref, je suis fan ! (Et Bouli aussi 😉 )

Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Le principe de la bouillotte sèche

A la différence des bouillottes traditionnelles, les bouillottes sèches ne demandent pas de manipulation de leur contenu. Pas de risque de se brûler en la remplissant, il suffit de la mettre 2 minutes au micro-onde (pensez à vérifier que ce n’est pas trop chaud avant de l’utiliser car selon les micro-ondes, le temps de cuisson peut varier), et hop le tour est joué ! Une fois la bouillotte posée sur le corps, les noyaux de cerise restituent la chaleur emmagasinée : fini le froid, les douleurs, les maux de ventre…

Le gros avantage, c’est qu’il est également possible de l’utiliser en bouillotte froide pour apaiser des douleurs. Dans ce cas, il suffit de la conserver au congélateur et de la placer sur la zone douloureuse quand c’est nécessaire !

Attention, pour que les noyaux de cerise conservent leur propriété de conducteur de chaleur ou de froid, il est préférable d’utiliser la bouillotte toujours dans la même fonction (chaud ou froid).

Et en plus c’est super facile à faire ! Alors n’hésitez plus, suivez le tuto et lancez-vous :

Matériel nécessaire pour la confection d’une bouillotte sèche :

  • 1 morceau de tissu de 39 cm x 11 cm (ou deux morceaux de 18,5 x 11 cm) pour la bouillotte (sur les photos le tissu bleu)
  • 1 morceau de tissu de 39 cm x 14 cm (ou deux morceaux de 18,5 x 14 cm) pour la housse (sur les photos le tissu imprimé). Idéalement, il vaut mieux choisir un tissu agréable au toucher car cela sera en contact avec la peau.
  • 200 grammes de noyaux de cerise (On en trouve en vente sur Internet ! Sinon au printemps prochain, pour les gourmands, vous conservez les noyaux de vos cerises 😉 )
  • Du fil assortis (une canette et un rouleau)
  • 1 aiguille
  • Une machine à coudre
  • Ciseau ou ciseau cranté (Si vous avez un ciseau cranté, faites toutes les découpes de tissu avec. Cela évite que le tissu s’effiloche !)
  • Optionnel : épingles, faufil, fer à repasser

J’ai choisi ces dimensions car cela permet d’avoir une bouillotte allongée mais vous pouvez adapter et faire un format carré, ou une bouillotte plus grande ! Ca dépend de vos besoins et de vos envies !

Tuto de la bouillotte sèche :

La bouillotte

Prendre le tissu prévu pour la bouillotte et le plier en deux (ou prendre les deux morceaux et les placer l’un sur l’autre) en mettant la face visible à l’intérieur. Dessiner les traits de couture à 1 cm du bord sur les 4 côtés.

Etape 2 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Coudre sur le trait en laissant un espace de 2 ou 3 cm sur la partie d’en haut (plutôt au centre pour faciliter la couture finale. Si vous le faites dans un angle, il faudra bien faire attention au pliage du tissu dans le coin).

Etape 3 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes Etape 4 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Couper les angles en diagonales pour obtenir ensuite des angles propres.

Etape 5 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Mettre le tissu à l’endroit en veillant bien à ce que les angles soient bien faits..

Etape 6 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Rembourrer le tissu avec les noyaux de cerise en les passant par l’espace de 2 ou 3 cm laissé précédemment (Vous pouvez vous aider d’un entonnoir si besoin). Terminer la bouillotte en cousant à la main le petit espace laissé.

Etape 7 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

La house

Elle n’est pas nécessaire, mais je trouve que ça finit mieux la bouillotte !

Prendre le tissu prévu pour la house en mettant la partie imprimée sur la table. Faire un rabat de 1 cm sur la partie haute, puis rabattre à nouveau. Marquer le pli en repassant ou en faufilant.

Etape 8 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes Etape 9 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Retourner l’ouvrage et coudre à la machine.

Etape 10 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Faire la même chose sur la partie d’en bas.

Plier la house en deux en mettant la face visible à l’intérieur. Placer la bouillotte dessus. Tracer le trait de couture autour en laissant environ 0,5 cm de chaque côté de la bouillotte. Fixer les deux côté de la house en faufilant ou à l’aide d’épingles. Vérifier que la bouillotte rentre et au besoin déplacer les repères.

Etape 11 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes Etape 12 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Coudre sur les traits à l’aide de la machine.

Etape 13 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Etape 14 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Couper le surplus de tissu en faisant une petite diagonale sur la partie d’en haut.

Etape 15 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Retourner l’ouvrage.

Etape 16 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Placer la bouillotte dans la house.

Etape 17 - Tuto bouillotte seche - Merveilles et coquillettes

Et voila, c’est fini ! Il ne vous reste plus qu’à en profiter ou à l’offrir pour Noël !

Vous avez réalisé la votre ? N’hésitez pas à partager votre réalisation ou vos questions en commentaire commentaires-fleches

 

Et parce que c’est bientôt Noël, vous pouvez gagner une bouillotte en vous abonnant à la newsletter (en haut dans la colonne de droite).
Tirage au sort parmi les inscrits le 20 décembre.

Bravo à Maïté I. qui a remporté la bouillotte sèche de l’hiver.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Voyages

Carnet de Voyage : Bilbao et ses alentours

Comme je l’avais évoqué dans mon article Bilbao, Carnet de voyage en préparation, Monsieur et moi avions décidé de profiter du long week-end du 11 novembre pour prendre un peu de temps pour nous et nous accorder une escapade en amoureux !

L’espace de quelques jours on oublie les recherches de terrain pour notre futur nid d’amour, le boulot et tous les tracas quotidien, et on file sur la Côte Atlantique Espagnole, au cœur de la capitale de la Biscaye.

Allez, je vous emmène sur notre traces pour vous faire visiter ces endroits dépaysants ! (désolée pour les photos, mais on a eu de la pluie et du mauvais temps tout le week-end ! Mais malgré ça, on a adoré, alors imaginez quand il fait beau …)

Jour 1 : A la découverte de Getaria, Zumaia, Mutriku, Bermeo

Départ à 9h de Bordeaux, on fait notre première étape un peu après San Sébastien à Getaria, petit village de pêcheur. Ce n’est pas très grand et on fait vite le tour, mais c’est plutôt mignon ! Bien qu’on soit un peu en avance sur l’heure locale, on s’est arrêté manger quelques pinxos avant de déguster le menu du jour à Politena ! Comme souvent en Espagne, le prix défie tout concurrence et on se régale  : 12€ / personne entrée, plat, dessert, vin, eau et pain inclus et moi j’ai du mal à finir mon repas ! Une bonne adresse.

getaria-merveilles-et-coquillettes

On continue ensuite notre route direction Zumaia ! Et oui, en bon fans de Game of Thrones, on ne pouvait pas louper cette ville. Finalement, on n’a pas vraiment vu les lieux où des scènes avaient été tournées, mais on a beaucoup aimé se balader le long du port et apprécié l’impression d’être seuls au monde une fois arrivés au pied du phare !

Visiter Bilbao et ses environs : Zumaia, ville étape à faire - Merveilles et coquillettes Visiter Bilbao et ses environs : Zumaia, ville étape à faire - Merveilles et coquillettes

On reprend la route vers l’est pour aller à Mutriku. Si vous lisez cet article et planifiez d’y faire une étape, un conseil : cherchez le parking principal dans votre GPS (et non pas le centre ville car nous nous sommes retrouvés dans une voie sans issues, en pente, avec des voitures garées partout ! Bref, dans l’impossibilité de faire demi-tour donc il faut assurer en marche arrière !). Mais le village vaut le détour ! Après avoir longé le port, on arrive sur une petite plage entourée d’une montage et d’une digue (équipée d’une piscine naturelle !). Ici aussi, le calme règne et la magie opère : face à l’océan, on se sent bien 🙂

Mutriku - ville étape dans la visite de Bilbao et la côte atlantique - Merveilles et coquillettes Mutriku - ville étape dans la visite de Bilbao et la côte atlantique - Merveilles et coquillettes Mutriku - ville étape dans la visite de Bilbao et la côte atlantique - Merveilles et coquillettes

Dernier arrêt avant notre destination finale : Bermeo ! Ici aussi des scènes de Game Of Thrones ont été tournées. Selon Monsieur, l’église ressemble beaucoup à celle de la dernière saison ! Mais aucunes certitudes ! A notre arrivée, la nuit commence à tomber et les rues à s’animer ! On apprécie cette ambiance familiale où malgré la pluie des couples, des parents et des enfants, des jeunes, des moins jeunes, se baladent, rient et discutent dans la rue, le long du port !

Bremeo, ville de la côte Atlantique, proche de Bilbao, lieu de tournage de Game of thrones - merveilles et coquillettes Bremeo, ville de la côte Atlantique, proche de Bilbao, lieu de tournage de Game of thrones - merveilles et coquillettes

Et maintenant direction Bilbao, où nous avons RDV avec notre hôte Air B&B pour récupérer nos clés ! Nous avions réservé un appartement entier situé à quelques pas du centre historique. Toujours sceptique quant je lis une description, j’ai eu la bonne surprise de découvrir que nous étions vraiment dans un quartier super calme, facilement accessible en voiture (bon pas pour se garer mais ça avait l’air d’être le cas partout !) et à deux pas du centre ville ! Pour finir la journée en beauté, on a décidé d’aller manger dans le casco viejo au Rio Oja, restaurant conseillé par le guide que j’avais acheté ! En effet, c’est bon et copieux, mais nous avons été un peu déçus par la présence de nombreux touristes (ça enlève quand même pas mal de crédit au côté local !) et le service qui était un peu lent !

Jour 2: San Juan de Gaztelugatxe et Bilbao

Au réveil, petit rayon de soleil et beau temps annoncé jusqu’à 13h ! On en profite pour repartir sur la côté voir l’ermitage de San Juan de Gaztelugatxe. Encore un lieu de tournage de Game Of Throne apparemment ! Je cite l’office de tourisme : « 1,5 km de marche, 241 marches et vous profitez d’un endroit superbe ». Elle a oublié de mentionner qu’en réalité, ce n’est pas une petite route mais un chemin et que la balade est à la limite de la randonnée montagnarde ! Rien de bien méchant, mais en le sachant, on aurait certainement évité de prendre nos gros manteaux et on aurait apporté une bouteille d’eau ! Enfin, c’est quand même exceptionnel : en quelques minutes vous descendez un petit chemin et vous retrouvez face à la mer, au détour d’un virage vous découvrez un ermitage perché sur son île que finalement vous allez rejoindre en montant 241 marches sur une muraille qui traverse l’eau ! Arrivé en haut, la vue est superbe et il est de coutume de sonner la cloche ! Bref, un endroit hors du temps assez indescriptible mais qui vaut carrément le détour.

Lieu de tournage de Game of Throne : San Juan de Gaztelugatxe à 30 minutes de Bilbao - Merveilles et coquillettes Lieu de tournage de Game of Throne : San Juan de Gaztelugatxe à 30 minutes de Bilbao - Merveilles et coquillettes Lieu de tournage de Game of Throne : San Juan de Gaztelugatxe à 30 minutes de Bilbao - Merveilles et coquillettes Lieu de tournage de Game of Throne : San Juan de Gaztelugatxe à 30 minutes de Bilbao - Merveilles et coquillettes

A notre retour, on l’avoue, on était vidés ! Faut dire qu’arrivés en haut, il a commencé à pleuvoir et on est rentrés trempés ! Mais une bonne douche et un bon repas nous ont remis d’aplomb pour la visite de Bilbao ! Après avoir longés les quais jusqu’au Guggenheim (pas très fans d’art moderne, on a choisit de ne pas le visiter mais on voulait quand même le voir car même de l’extérieur il vaut le détour!), on s’est enfoncés un peu dans la ville et ses grandes artères jusqu’à la la place Federico Moyua avant de redescendre vers la Gare Concordia et le Théâtre Arriaga. L’architecture est variée, on trouve du moderne et de l’ancien, des styles différents mais le tout se marie à merveille et on s’y sent bien !

Theatre arriage à bilbao - City guide de merveilles et coquillettes musée guggenheim à bilbao - City guide de merveilles et coquillettes Gare concordia à bilbao - City guide de merveilles et coquillettes

Pour finir la journée, on décide d’aller manger quelques pinxtos accompagnés d’une sangria sur la Plaza Nueva dans le Casco viejo au Bar Zuga avant de rentrer manger à l’appart. La encore, on a le plaisir de voir des jeunes et des moins jeunes se côtoyer dans une ambiance chaleureuse et festive.

 

Jour 3: Bilbao et sa zone portuaire

Pour notre dernier jour, on décide de passer la matinée dans le Casco viejo, quartier historique dans lequel on n’était passé que de nuit et qui nous avait beaucoup plus !

Dès le début, on est enchantés : le long de la rivière, à côté du pont, un marché aux fleurs ! De belles couleurs, des odeurs agréables… On a continué comme ça jusqu’au marché de la Ribeira. Bon là, petite déception, on s’attendait à un vrai marché, mais en réalité c’est un rassemblement de bars et de restaurants ! On est ensuite partis au cœur du vieux Bilbao, à errer dans les rues ! L’ambiance est chaleureuse et on y croise toutes les générations. Pour reprendre des forces, on se laisse tenter par des rabas au Café Lago, (Titulaire du 1er prix des meilleurs rabas selon l’affiche sur la porte !)! Et c’est vrai, une petite assiette pour deux, on se régale et surtout on est calés pour un bon moment ! Dimanche, c’est aussi le jour où la Plaza Nueva devient le lieu de RDV des antiquaires ! Se mêlent avec plaisir des vendeurs de livres, d’oiseaux…, des gens qui chinent, d’autres qui viennent prendre un verre ou manger des tapas, des enfants qui échangent des cartes (de quoi ? Ca c’était un mystère mais ça rassemblait du monde !) !

Après tout ça, on décide de finir notre séjour en passant par Portugalete et Getxo que l’on nous a conseillé ! Finalement, le stationnement étant compliqué, on s’est retrouvé à traverser le fameux pont de Biscaye ! On a rapidement compris pourquoi il était classé au patrimoine de l’UNESCO : il s’agit d’une plateforme suspendu sur laquelle rentrent 6 voitures et qui fait l’aller retour entre les deux berges. On a ensuite continué notre route jusqu’au Fort de la Galea ! Pas forcément notre idée d’origine mais une balade agréable au bord de l’eau !

 

Et voila, nos trois jours d’escapades s’achèvent ! Alors que j’avais un petit à priori sur Bilbao, j’en reviens ravie avec déjà l’envie d’y revenir (mais quand il fera beau !)

Et vous vous y êtes allé ? Vous en avez pensé quoi ?commentaires-fleches

 

Crédit Photo : JP. Dournel

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lectures

« Une relation dangereuse » de Douglas Kennedy

J’ai enfin pris le temps de lire ce bouquin que j’ai longtemps vu en tête de gondole en librairies, plusieurs fois recommandé dans la presse… et qui pourtant date de 2004 ! Bref, un peu de retard, mais je ne regrette pas de l’avoir lu, il était plutôt bien  !

une-relation-dangereuse-douglas-kennedy

« Une relation dangereuse » en résumé…

Sally et Tony, journalistes, se rencontrent lors d’une mission au Moyen-Orient. Coup de foudre immédiat, grossesse accidentelle, ils décident de rentrer à Londres fonder leur famille.

Mais le rêve tourne rapidement au cauchemar pour Sally, sa relation avec Tony se dégrade et elle n’est pas au bout de ses surprises.

Ce que j’en ai pensé ?

Au début, j’ai eu un peu peur de l’histoire niaise du genre ils s’aimèrent et vécurent heureux ! J’avais du mal à cerner vers où ça pouvais aller mais petit à petit les rouages se mettent en route et finalement j’ai vraiment accroché !

J’ai beaucoup aimé ce réalisme qui fait que finalement cette histoire peut arriver à tout le monde, qui montre que les grossesses ne sont pas une partie de plaisir et que ce n’est pas forcément une étape facile à vivre, qu’il est parfois (très) difficile de s’adapter à une nouvelle vie… Bref, Sally n’est pas une héroïne à qui tout réussi, elle est loin d’être parfaite, elle fait des (grosses) erreurs, mais après tout, elle nous ressemble un peu.

Je recommande ce bouquin à tous ceux et celles qui ne l’ont pas encore lu ! Une belle preuve qu’il est difficile d’être parfait et que le plus important c’est toujours d’essayer d’aller de l’avant, de faire de son mieux, et de ne pas laisser abattre !

Et vous, vous l’avez lu ? Vous en avez pensé quoi ?commentaires-fleches

 

Enregistrer

Enregistrer